Les différents types de fuseaux

Quels sont les différents types de fuseaux pour faire de la dentelle ?

Continuons notre série sur les fuseaux, car là aussi, les dentelières ont su créer tout un monde de beauté et d’élégance. Car oui, la dentelière a toujours à coeur de lier l’utile à l’agréable!

Dans les photos ou vidéos de dentelle que l’on voit le plus fréquemment, les ouvrages sont réalisés avec des fuseaux modèle Bayeux. Ce sont des fuseaux d’environ 11cm de long, assez fins avec une jolie forme arrondie mais pas trop. Le Puy-en-Velay, grand centre de tradition dentelière a lui aussi ses fuseaux avec une forme qui leur est propre. Le fuseau du Puy ressemble assez au fuseau de Bayeux mais avec le bout un peu plus pointu. Sinon il est sensiblement de même grandeur et de même largeur. Le fuseau normand est relativement fin, ceci afin de permettre la réalisation de dentelles qui traditionnellement sont elles aussi très fines.

Ici sur cette photo, vous voyez des fuseaux de type Bayeux bobinés avec de la laine mérinos.

Les fuseaux plus anciens et traditionnels avaient un corps plus arrondi, plus gros. Ils étaient aussi plus lourds comme les fuseaux traditionnels du Puy ou encore des fuseaux du Queyras. Ces fuseaux tendaient la dentelle rien qu’avec leur poids. Ils demandent une autre manipulation que des fuseaux plus fins.

Il existe également depuis quelques années des fuseaux carrés, ou plutôt des fuseaux dont le corps est carré. Ces fuseaux ont la particularité de ne pas rouler quand on les pose sur le carreau. Ils sont particulièrement recommandés quand on travaille avec des fils un peu capricieux comme la soie. En empêchant les fuseaux de rouler, ils ne soumettent pas le noeud du fuseau à des torsions inutiles et évitent ainsi des risques éventuels de débobinage du fuseau. Ces fuseaux carrés sont également appréciables à travailler sur un carreau à roue car ils tiennent mieux en place et roulent bien moins quand on bouge les autres fuseaux de la dentelle.

Quel bois est utilisé pour faire des fuseaux à dentelle ?

Les fuseaux peuvent être fabriqués dans différents bois. En général, les fuseaux de prix plus raisonnable (mais de qualité tout à fait correcte) sont en charme. Leur couleur est claire et une fois verni, ce bois fait des fuseaux agréables à utiliser. Le choix de bois influe sur le visuel des fuseaux mais aussi parfois sur leur poids. Les fuseaux en palissandre vont être plus foncés et ceux en ébène auront la belle couleur sombre de ce bois. Pour des fuseaux clairs, le hêtre est aussi une matière première dans laquelle on tourne des fuseaux, ce bois est un peu plus clair que le charme. On peut dire qu’en matière de choix du bois des fuseaux, la dentelière a de quoi se faire plaisir : charme, hêtre, buis, poirier, érable, bois de rose, aubépine, bois de violette et aussi des bois plus exotiques comme le guatambu, bubinga, amazakoué, amarante (pour de magnifiques fuseaux dans un bois violet et précieux), padouk (pour des fuseaux couleur corail)…

Les fuseaux dans d’autres matières

Depuis quelques années maintenant, les fuseaux se déclinent en d’autres matières. On trouve des fuseaux en résine, des fuseaux en métal ou encore des fuseaux en verre. Ces fuseaux, bien que magnifiques, sont relativement fragiles et nécessitent d’être entourés de précautions afin de les préserver.

La taille des fuseaux

Les fuseaux font en général une dizaine de centimètres de long (entre 9cm et 11cm). Ce qui varie le plus dans la taille des fuseaux est leur largeur ainsi que la taille de leur réserve. Certains fuseaux ont des réserves de taille assez petite, ce sont surtout des fuseaux très fins destinés à faire des dentelles fines de type Bayeux ou Duchesse par exemple. Le fil étant très fin, la réserve n’a pas besoin d’être très grande. D’autres fuseaux, comme les anciens fuseaux du Puy ou les fuseaux du Queyras ont des réserves plus importantes, d’une part car elles sont proportionnées à la taille du fuseau, ensuite parce que ces dentelles se font avec des fils plus épais et donc des fils qui ont un volume plus important. Il est donc préférable de pouvoir mettre assez de fil sur ses fuseaux afin de ne pas avoir besoin d’en rajouter trop souvent. Bien que l’ajout de fil soit une opération peu difficile, elle oblige tout de même à s’arrêter pour recharger son fuseau et elle engendre un doublement de l’épaisseur de la dentelle sur quelques points. Tout dépend le type de dentelle que l’on travaille, ce n’est ni facile ni élégant.

Certains fabricants font depuis quelques temps des fuseaux à laine. Ces fuseaux ont une réserve très importante par rapport à la taille du corps du fuseau, cela permet de bobiner assez de laine. La laine étant bien plus épaisse que les autres fils, on arrive rapidement à des fuseaux qui « débordent ». Or, il n’est pas du tout recommandé de bobiner les fuseaux d’une épaisseur supérieure à la taille du corps. Il faut que le fuseau une fois bobiné repose sur son bois lorsqu’on le pose et non sur le fil. Si le fuseau a trop de fil et qu’il repose sur le fil, le noeud va se défaire plus facilement et on risque également d’abîmer un peu son fil.

Le prix des fuseaux

Les fuseaux ont des prix variables en fonction de leur taille, du bois dans lequel ils ont été tournés, du nombre que l’on achète. Acheter les fuseaux à l’unité peut s’avérer assez cher, d’autant qu’on a souvent besoin de beaucoup de fuseaux en dentelle. En général on les achète par paquets de 50. Mais si on s’achète des fuseaux basiques (qui sont d’une qualité tout à fait satisfaisante), il faut compter environ 1€ par fuseau. Ensuite, pour les fuseaux particuliers, on arrive facilement à une dizaine d’euros par fuseau. Mais en général, on s’en achète quelques-uns pour se faire plaisir et on utilise ses fuseaux plus basiques pour les gros ouvrages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.